Ah bon? C’est pour ça qu’on a fait toutes ces histoires: critique de la L’INTERVIEW QUE TUE! comédie de James Franco et Seth Rogen

0
7
635552041391376855-interview1
Arraché des cinéma par les tête de studio, effrayé à la menace de représailles de la part du gouvernement nord Coréen, L’interview qui tue!, maintenant disponible pour la premiere fois, présent meilleur potes James Franco et Seth Rogen dans les rôles de Dave Skylark et Aaron Rapaport, le premier, star, et le deuxième producteur d’un télé réalité qui préfére le superficiel au profond et qui se base sur la célébrité.
.
Quand Skylark découvre que le leader nord Coréen Kim Jong-Un est fan du show, il remue ses méninges (événement rare, vue le crétin qu’il est): pourquoi pas organiser une interview avec lui? Pense a l’indice d’ecout, l’audimat ! Il ne passe pas longtemps que la CIA vient recruter Dave et Aron comme tueurs a gages. (“On veut que vous l’éliminiez” on leur dit. “L’eliminer, genre de la programmation?”)
.
Biensur, il est difficile d’imaginer un couple d’assassins plus maladroits. (Abbott et Costello, peut-être?) Ils sont envoyer a l’autre bout du monde, observent Kim, et mettent leur piège…en meme temps, leurs manipulateurs observent tout leurs mouvements de leur tanière high-tech aux states.
.
L’alchimie entre Rogen et Franco est indéniable; il y a un feeling d’improvisation qui domine l’atmosphere des scenes qu’ils partagent en les rendent agréable a regarder, par contre, l’humorisme de lycéen, une grosse partie des blagues sont du genre bite-vagin-pipi-caca, fatigue assez rapidement.
.
Franco, avec ces yeux joviaux et son sourire bebete, et Rogen, apparament le plus intelligent des deux, en font farouchement des tonnes. Randall Park, joue Kim de façon puerile et familiale, emu par la compagnie de Dave (qui est une star de la tele américaine, après tout), et pas du tout de la façon dont on s’attendrait un malfaiteur de son genre (spoiler: ca change dans le cours du film). Diane Bang incarne la chef sexuellement frustrée de l’equipe de propagande avec uniforme bien moulante en fournissant des moments comiques.
.
Il y a une quantité inquiétante de sang et carnage, Rogen, qui a aussi co-ecrit et co-mis en scene, exagere un peut avec la violence bouffonne, surtout vers la fin, et il est facile de voir pourquoi la Coree du nord n’est pas prête a mettre se film sur ca top 10; la depiction de leur leader n’est pas exactement flatteuse.
.
Neanmoins, on ne peut pas faire a moin de se demander si c’est vraiment a propos de ca qu’on a fait toutes ces histoires? Un petit roman d’amour cru, une satire politique qui est aspirante plus qu’autre chose, avec comme protagonistes les deux acteurs le moins politise et le plus relax de la planète?
.
Franco et Rogen devrait espérer que tout leurs films obtiennent cette publicite…garanti ou pas.
.
Seth Rogen;James Franco;Lizzy Caplan
the-interview
Seth Rogen;James Franco
CRITIQUE par Stuart R. Brynien, New York
TRADUIT par Lorenzo Pozzan, New York